Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

PRESSE

Le livre

sur Marie-Laure Guerrier

CÉRAMISTE

« Marie-Laure GUERRIER » par Myriam Bürgi
Édition « Terres d’Aligre » on peut le trouver ou le commander à « terres d’Aligre »,
Rue de Prague 5 bis – 75012 Paris


 

Les catalogues

avec Marie-Laure Guerrier

CÉRAMISTE

« Collection »
Galerie d’Ateliers d’Art de France (2008)


« Céladon »
Espace Faïence à Malicorne (2007)


« Céramique contemporaines européennes »
Maison de l’outil à Troyes (2006)


« Terres de Feu »
Biennale de Brest (2006)


« Céramiques et Paysages »
par Raymond Sauvaire (2006) – Édition Champ Social (Nîmes)


Catalogue de la 4e Biennale du Grand-Pressigny en Touraine
par Bernard Courcoul


Catalogue du salon de céramique contemporaine


Céramique 14 (2005, 2006, 2007, 2008)


 

Les revues

avec Marie-Laure Guerrier

CÉRAMISTE

« La beauté faite porcelaine »
par Martine Chantereau
Art et Décoration (Rhône-Alpes), janv.-fév. 2007


« Marie-Laure GUERRIER, céramiste en Clunisois »
par Véronique Sanchez
Revue Pays de Bourgogne n° 208, juillet 2005


« Les porcelaines de Marie-Laure GUERRIER »
par Yannick Breton
Revue de la Céramique n° 133, nov.-déc. 2003


« Marie-Laure GUERRIER : La beauté sauvera le Monde »
par Daniel De Montmolin
Revue de la Céramique n° 114, sept.-oct. 2000


Marie Laure Guerrier : « Dans l’intimité des Betweens »
par Marielle Ernould-Gandouet
Revue de la céramique n° 196, mai-juin 2014


 

Extrait d'article

Texte de Bernard Courcoul

sur Marie-Laure Guerrier

CÉRAMISTE

Extrait du catalogue de la 4e biennale du GRAND-PRESSIGNY en Touraine – 2005

Il n’est pas rare que des céramistes bien engagés dans leur parcours artistique s’interrogent, de façon récurrente, sur l’orientation de leur travail au point de se disposer à le remettre foncièrement en question, pour mieux satisfaire les exigences latentes de leur personnalité. S’ils sont émailleurs, ne leur faudrait-il pas plutôt confier au feu seul tout le travail sur la matière de leurs céramiques ? S’ils sont adeptes des céramiques brutes, ne devraient-ils pas plutôt les revêtir de précieux émaillages ? Pourquoi de tels dilemmes, si ce n’est parce qu’ils ont trait à l’engagement total que requiert du céramiste son activité potière pour atteindre à l’essence même du travail, à l’accomplissement de son destin d’artiste et à la nature de sa réelle participation à cet œuvre.

L’art sert-il à faire émerger la personnalité ? Sert-il à l’exprimer ? Ou est-il la médiation d’autres accomplissements ? Si Marie-Laure GUERRIER, céramiste vouée à la qualité de la céramique d’émail, semble échapper à ce syndrome du perpétuel questionnement, c’est sans doute parce qu’elle se représente que l’œuvre d’art n’existe en plénitude que par la mise en retrait de sa personnalité singulière, par l’abandon de toute voie d’exaltation personnelle, afin que puissent s’exprimer des forces qui la transcendent, dont elle n’est que l’agent et qui ont totalement besoin d’elle pour exister.

C’est pourquoi, avec opiniâtreté et application, elle s’est créé un langage céramique complexe de formes et de glaçures, langage qu’elle manie avec élégance et discrétion, dans une intimidante perfection.

Les céramiques de Marie-Laure GUERRIER surtout les porcelaines, se remarquent par la précision du tournage associé à une patience et parfaite maîtrise dans la concision des formes, par une ornementation méticuleuse faite de tableaux d’ajours sur les flancs de ses pots, par le profil aigu des couvercles, par les étirements réguliers des parois de certaines de ses coupes et enfin par la parfaite facture des glaçures, céladons lumineux et mats, noirs et blancs nacrés. Tout concourt à manifester une connivence avec la lumière : la lumière reçue, la lumière donnée. Une complicité naturelle qui fonde l’aventure créatrice.

Texte de Bernard COURCOUL

Découvrir mon travail de céramique